L'Amylose AL

FACE À L'AMYLOSE AL

Je vois comment l'amylose AL affecte les patients et pourquoi il est essentiel d'améliorer la sensibilisation autour de la maladie

Bienvenue à « Face à l’amylose AL », une ressource dédiée pour aider les professionnels de santé à trouver les dernières informations sur la compréhension des signes, des symptômes et du diagnostic de l’amylose AL.

Qu’est-ce que l’amylose AL ?


L’amylose AL est une maladie rare liée au dépôt de fibrilles amyloïdes formées par des chaînes légères libres anormales.1 Ces dépôts entraînant des atteintes d’organes vitaux et éventuellement le décès.2

IMPACT SUR DIFFÉRENTS ORGANES2

Symbols

COEUR

74%

KIDNEY

REINS

65%

foie

FOIE

20%

nerfs

NERFS

15%

Il est cliniquement démontré que l’amylose AL est également présente dans les tissus mous et le tractus gastro-intestinal dans 17 % et 8 % des cas, respectivement.2

Contexte

L’amylose AL affecte la vie de dizaines de milliers de patients chaque année.3 Il n’est pas facile de l’identifier. Une meilleure sensibilisation à la maladie est l’un des composants essentiels pour obtenir un diagnostic plus précoce et un meilleur pronostic en ciblant les plasmocytes.1,3
image_2
image_3
image_4

Un diagnostic précoce peut conduire à une amélioration du pronostic1


Une fois suspectée, l’amylose AL peut être diagnostiquée. Le diagnostic commence par la sensibilisation et nécessite une collaboration entre les spécialistes. Lorsque les professionnels de santé reconnaissent mieux les symptômes et travaillent ensemble, ils peuvent avoir un impact sur les résultats dans l’amylose AL. Actuellement, la prise en charge, a pour objectif de réduire la production de chaînes légères, ce qui peut aider à préserver la fonction des organes et, finalement, améliorer le pronostic, en ciblant les plasmocytes.

Regarder les vidéos « Paroles d’experts »

Références


[1] Desport E, et al. Orphanet J Rare Dis. 2012;7:54.

[2] Dispenzieri A and Merlini G. Cancer Treat Res. 2016;169:273–318.

[3] Lousada I, et al. Adv Ther. 2015;32(10):920–8.

[4] Dittrich T, et al. Acta Haematol. 2020;143(4):388–400.

[5] Merlini G, et al. Nat Rev Dis Primers. 2018;4(1):38.